• Accueil
  • > Recherche : sorcellerie christianisme

5 juin, 2009

Sorcellerie et christianisme

Classé dans : Religion — senalaetitia @ 12:27

Sorcellerie Voici une petite histoire de sorcellerie qu’ on m’ a envoyé…

Avant cette histoire, voici quelques mots de l’ ancien testament à propos de ces pratiques :

du Lévitique ch. 19 :

v.26 : « vous ne pratiquerez ni sorcellerie ni magie »

v. 28 « vous ne ferez pas d’ incision sur le corps pour un mort et vous ne ferez pas d’ inscription ou de tatouage sur le corps : je suis Yahvé »

v. 31 « ne vous tournez pas vers ceux qui évoquent les esprits, vers les sorciers. Ne les consultez pas, ne vous souillez pas avec eux : je suis Yahvé votre Dieu ! »

de la Sagesse : l’ erreur de ceux qui adorent les forces naturelle, chapitre 13, v. 1 à 9

« (…) Ils en sont restés aux oeuvres et n’ont pas reconnu l’ Artisan ! Ils ont regardés comme des dieux gouverneurs du mon, aussi bien le feu que le vent, l’air léger, le firmament étoilé, l’eau impétueuse ou les luminaires du ciel. Fascinés par tant de beautés ils les ont considérées comme des dieux ; mais alors n’auraient-il pas dû savoir que leur souverain est plus grand encore ? Car ce ne sont que les créatures de Celui qui a fait apparaître la beauté. (…) Mais sans doute il ne faut pas trop blâmer ces gens là : peut être se sont ils égarés alors qu’ils cherchaient Dieu et voulaient le trouver. Ils étudiaient les créatures qui les entouraient et ce qu’ils voyaient était si beau qu’ils en sont restés à l’extérieur. Pourtant, même ainsi ils ne sont pas excusables : s’ils ont été capables de scruter l’univers, comment n’ont-ils pas découvert d’abord celui qui en est le Maître ? » ——————————————————————————————————————————————– Cette histoire limite rocambolesque a fait la une des journaux Munichois il y deux semaines et continue de faire du bruit en Allemagne parut dans les journaux Baden Wurtemberg et Munchner Wochenblatt Des policiers Munichois se seraient déplacés a Lomé récemment pour enquêter sur cette Affaire a Sokode et en pays Kotokoli d’où est originaire la prétendue sorcière (région Nord Togo) la femme inculpée serait en prison a Munich et plusieurs réseaux de sorciers et sorcières Togolais auraient été démantelés dans toute Allemagne …. DECIDEMENT … Êtes vous au courant de cette histoire invraisemblable? Une Histoire inquiétante….et malheureusement ce sont des Togolais….. quand on est inculte…voilà ce qui arrive souvent….. La sorcellerie tue l’ Afrique plus que la politique. C’ est honteux pour l’ Afrique !!!

Une scène de sorcellerie est passée au journal dans les chaînes allemandes. En effet, il s’ agit d’ un couple d’ africains d’ origine togolaise en situation régulière et vivant en Allemagne avec leurs enfants. Un des enfants n’ était pas de bonne humeur à l’ école et s’ est mis à pleurer, ce qui attira l’ attention de la maîtresse et qui a fait appel aux assistantes sociales et aussi à la police qui sont venu interroger l’ enfant sur ses inquiétudes, et ses pleurs. Car d’ habitude ces enfants ne sont pas inquiets à l’ école. En interrogeant les enfants, ceux-ci disent qu’ ils pleurent parce que la date fixée par leur maman est proche et que leur maman va tuer leur père. C’ est pour cette raison qu’ ils sont inquiets et alarmés. La police dit : « c’ est pas possible car votre père c’ est le mari de votre mère, pourquoi va t-elle tuer son mari ? » Les enfants disent : « nous avons des avions à la maison et on prend des vols avec maman et on va même en Afrique , on ensorcelle les gens là-bas, et même ici en Allemagne, on fait la même chose, et on tient aussi des réunions avec beaucoup de personnes africaines ici. On mange des gens, chacun donne quelqu’un et maintenant c’ est le tour de maman, elle va donner notre père et la date est proche ». C’ est alors que la police leur pose la question : « vous ensorcelez les africains ici en leur faisant quoi ? » Les enfants répondent : « on prend leur argent, on maudit tout ce qu’ ils font, on gaspille tout dans leur maison on y dépose nos urines partout, dans le frigo, le congélateur, la nourriture, on vomit partout, et ils ne peuvent pas avoir de l’ argent car tout leur salaire est pris , ils ne peuvent rien faire avec leur salaire. Et ils ont mal au ventre quand ils mangent la nourriture dans laquelle nous avons uriné et vomi ». La police avait cru que les enfants avaient fait une dépression ou peut être qu’ ils étaient maltraités par leurs parents et donc elle envisagea de faire une enquête pour déceler un comportement anormal chez les parents vis-à-vis de leur enfants afin de leur ravir les enfants et les mettre sous tutelle de l’ état allemand. A de la sortie des classes, la police a libérait les enfants en leur disant qu’ ils pouvaient rentrer chez eux. Arrivés à la maison, les enfants ont demandé à leur père de frapper leur mère et de manière très forte. Le papa dit : « non ce n’ est pas bien de frapper maman et de plus qu’ elle est enceinte c’ est très dangereux ! » Les enfants disent : « elle n’ aura pas mal, il faut frapper maman très fort pour qu’ elle dise la vérité ». Le papa étonné demande : « quelle vérité ? » Les enfants répondent: « elle veut te tuer et de plus dans son ventre il n’ y rien à literie, il n’ y a que des serpents, il n’ y a pas de bébé, on voyage avec maman en Afrique, on ensorcelle les gens, il faut la frapper sinon elle va te tuer » Le père convaincu et fou de rage se met à battre sa femme au point qu’ elle finira par avouer que les des enfants sont vrais. Face aux aveux le mari reprend les hostilités, ce qui se soldera par l’ arrivée de la police. Cette dernière dira : « Monsieur, nous avons questionné vos enfants car ils étaient en larmes ce matin » Le père répliquera directement : « elle a avoué ce que disent les enfants, pire encore , elle est enceinte mais les enfants disent qu’ il n’ y a pas le bébé » La police appelle une ambulance, pour vérifier si effectivement, il n ‘y a pas de bébé dans le ventre. Stupéfaction après le scanner, les IRMs et l’ échographie, le médecin confirme l’ impossible. Cela a tellement dépassé la police qu’ elle a demandé à la femme de citer tous ceux qui participent à des réunion de sorcellerie en Allemagne, papiers ou sans papiers et ils seront à coup sûr tous expulsés en Afrique. Les enfants et le père seront épargnés. Actuellement la femme est aux mains de la police et toute les personnes qu’ elle a dénoncé sont activement recherchées et vont être expulsé en Afrique… pour sorcellerie !!! * *

Le vaudou renaît au Togo Pierre Prier 04/12/2008 Au Togo, le vaudou s’affiche lors du Festival des divinités noires. Ici un marché de médecine traditionnelle connu pour sa pratique des rites vaudou, à Lomé. Au Togo, le vaudou s’affiche lors du Festival des divinités noires. Ici un marché de médecine traditionnelle connu pour sa pratique des rites vaudou, à Lomé. Crédits photo : AFP Le vaudou évoque souvent magie noire et sorcellerie. Pour ses adeptes, c’est une religion complexe qui adore un Dieu unique à travers des symboles de la nature. Un groupe d’intellectuels togolais veut rendre au vaudou ses lettres de noblesse. Leur premier rival n’est plus le catholicisme, mais les sectes protestantes qui prolifèrent en Afrique noire. De notre envoyé spécial à Glidji (Togo) Devant la tribune officielle où siège le ministre de l’Intérieur togolais, le défilé s’emballe. Les adeptes des couvents vaudou ont du mal à quitter la scène. Des femmes tombent en transe. Un prêtre enfourne à pleine bouche un crapaud venimeux. Un autre s’enfonce un couteau dans l’œil. Des fantômes de paille surmontés de cornes virevoltent sans fin, avant qu’un assistant ne les soulève pour montrer qu’il n’y a rien en dessous, rien que l’âme du Zangbeto, le gardien de la nuit. À Glidji, dans la moiteur de la lagune togolaise, le vaudou reprend droit de cité. C’était le vœu des organisateurs du deuxième Festival des divinités noires. Des gens installés dans la vie : banquiers, ministres, journalistes… C’est le moment que choisit Yves Tété Wilson, notaire cravaté à l’allure réservée, pour apporter une précision importante : «Nous sommes tous catholiques pratiquants» , souligne le président de l’association Acofin, du nom du cor traditionnel qui appelle les ancêtres. L’observateur étranger perd pied. Il savait cette région du golfe de Guinée déchirée entre le vaudou et le catholicisme, importé au XVIe siècle par les Portugais. Qu’on va le matin à l’église et le soir consulter le serpent Python. Qu’en levant la tête, on voit flotter, entre les clochers, les drapeaux blancs sur les maisons des hounon, les prêtres vaudou. Les fondateurs de l’association veulent bousculer cette cohabitation silencieuse. Dans un monde travaillé par l’affirmation identitaire, le vaudou réclame sa place.Le chemin vers les ancêtres prend parfois des détours. «N’oublions jamais qui nous sommes, le vaudou est une religion commune autre», lance le directeur de cabinet du ministre de la Culture, dans son discours d’ouverture des cérémonies. Acofin affronte un nouvel adversaire : les pasteurs évangélistes formés aux États-Unis ou au Nigéria, qui parlent français avec l’accent anglais, et qui promettent des miracles contre une cotisation substantielle. C’est le combat du roi d’Aného. «Il y a pas mal de problèmes avec la prolifération des religions chrétiennes», déplore-t-il. Pourtant, Dieu n’est pas arrivé avec les Blancs, dit le roi, lui aussi chrétien et initié vaudou. Sa conférence est l’un des clous du Festival des divinités noires. Il la donne en son palais, un ensemble de bâtiments modernes, au cœur de cette cité décrépie qui fut la première capitale du Togo. Sujet : religions traditionnelles africaines et chrétienté. Lawson VIII (un ancêtre fit le voyage d’Angleterre au XVIII e siècle) prend son temps. Une heure de chants et de danses protocolaires précède la communication du monarque traditionnel, dont la couronne rappelle celle de Saint-Louis. Le souverain a été instituteur et sait tenir un auditoire. Il brosse un large tableau historique. Son peuple – les Guins – est venu d’Égypte il y a des milliers d’années en passant par le Ghana. Pour l’ancienneté, il n’y a pas photo avec le christianisme. Surtout que le vaudou se veut monothéiste, affirmation qui n’étonnera pas les anthropologues spécialistes du golfe de Guinée. «Nos ancêtres croyaient en un être suprême, créateur du ciel et de la terre ; ils l’ont appelé Mawu ; c’est Dieu», poursuit le roi théologien. Mawu a un problème : il n’est pas identifiable. «Les ancêtres l’ont cherché, mais ils ne l’ont pas trouvé de face», précise-t-on. En compensation, ils ont décelé des intermédiaires aux attributs complexes et aux représentations variables suivant les régions : Hévioso, le tonnerre, qui rend la justice, Sakpaté, la terre, Dan Ayidohwédo, l’air, parfois symbolisé par un arc-en-ciel. «Ce ne sont pas des dieux. Est-ce que Hévioso est Dieu ?» , demande le roi, retrouvant ses réflexes de pédagogue. «Non !» , répond d’une voix l’assistance. Conclusion : «Ceux qui nous ont évangélisés ne l’ont pas compris. Ils ont fait de nous des hommes qui adorent des dieux». Deuxième conclusion : «Un chrétien peut aller dans un couvent vaudou.» D’ailleurs, c’est un peu la même chose, selon le roi, qui se lance dans une comparaison systématique des fêtes chrétiennes et des fêtes vaudou, qui coïncident mystérieusement. Nestor ne renie pas cet œcuménisme un peu décoiffant. «Nestor, c’est mon nom de baptême», confie cet homme au sourire jovial,le crâne recouvert en permanence d’un bonnet à franges blanches. Nestor est aussi Togbé Efoegan Sassou Nynevi, gouverneur de la forêt sacrée de Kété-Akoda, gouverneur du vaudou Nana (septième république spirituelle), médecin traditionnel et conseiller en sorciologie. Ses pouvoirs datent de sa naissance, comme l’indique sa biographie officielle, puisqu’il est «venu au monde avec deux placentas, après trois années de gestation». Dans sa salle de consultation aux murs bleu ciel, entourée de statuettes– symbolisant des gardes du corps –, il guérit par les plantes, soigne à distance si nécessaire, et fournit d’autres services tarifés en francs CFA, équivalent des centimes d’avant l’euro : pour vendre au marché, 228 100 francs ; pour arrêter de fumer, 317 000 francs.En tête de liste : se métamorphoser en animaux féroces, 4 618 777 francs et l’invisibilité, 3 613 105 francs. Un travail risqué à cause des sorciers négatifs, qui l’attendent au tournant. Tout cela n’empêche pas Togbé Sassou d’aller à l’église, «même s’il ne faut pas tout mélanger». Le gouverneur de la forêt sacrée est aussi membre d’Acofin. Que cherche l’association ? Le père Benu Penoukou, théologien et sociologue, auteur d’une thèse sur le vaudou des Guins,est interloqué de voir des catholiques à la tête d’Acofin : «Le fait religieux est le même, mais la comparaison ne tient pas. Cherchent-ils la renaissance de la religion traditionnelle ?» Les membres fondateurs de l’association n’auront peut-être pas tous la même réponse.Pour Lulu Mensavi Mensah, président du conseil d’administrationde la Financial Bank, «l’ambition est d’arriver à trouver autre chose,qui fonde les valeurs africaines

L’Afrique a eu son indépendance face à l’Europe et il semble qu’aujourd’hui elle veut l’être aussi en matière de religion. Cependant Dieu déjà dans l’ancien testament, n’admet pas la pratique de la sorcellerie ni de la magie…

Cette histoire parle de l’Afrique mais en Europe le problème existe aussi avec certaines sociétés secrètes et la pratiques des sciences occultes qui est devenue chose courante et qu’on tâche de faire passer pour loisir. Je pense en particulier à la voyance et à tous ces mediums spécialistes de l’amour ou autre qui vous arrange des situations pour quelques petites sommes. Le drame est que c’est devenu tellement banale qu’on pense que la magie et la sorcellerie n’existent qu’en Afrique alors on s’amuse bien entre nous des africains qui « mélangent tout » en se disant que si Dieu ne permet ceci ou cela on demandera bien au charlatan. Et bien en Europe, quand Dieu n’agrée pas une prière on se tourne tout aussi aisément vers un charlatan sauf qu’on l’appelle médium conseil ou voyant. On inverse vite les rôles : normalement c’est à la créature de se plier à la volonté du Créateur (« l’homme propose et Dieu dispose ») mais maintenant on veut faire du chantage à Dieu et s’Il nous refuse quelque chose, nous Lui disons « tant pis pour Toi je vais voir ailleurs » ! C’est ainsi que le peuple de Dieu continue de se prostituer aux idoles et malheureusement ce n’est pas le vice du continent africain mais c’est le fruit du péché originel et il n’a pas de frontière -sinon Jésus.

ESPACE MOUFLIH |
ochou |
judaica/shabbat/Produits juif |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Groupe Ados de l'ADS d'Orbe
| a la reconquete
| Domine ut videam