10 février, 2009

Les alliances de Dieu avec son peuple

Classé dans : Religion — senalaetitia @ 0:31

Prenons le mot Testament au sens d’Alliance. L’Ancien Testament, c’est la première alliance que Dieu établie avec les Hommes. Le Nouveau Testament, c’est la nouvelle alliance, nouvelle et éternelle, par laquelle l’Homme, lavé du péché et racheté par le sang de Jésus, le Christ que nous promettent les prophètes depuis les temps anciens, est réconcilié avec Dieu.

L’Homme avait perdu la joie de Dieu avec le péché originel. La genèse raconte comment l’Homme a désobéi à Dieu et s’en est trouvé malheureux. La Bible, c’est cette belle histoire de Dieu avec son peuple au long des temps. Le peuple juif est l’élu de Dieu, celui que Dieu avait choisi spécialement pour être Son héritier. Voir les promesses faites à Abraham jusqu’au roi David -dont descend Jésus, par qui la promesse est accomplie.

Au long de cette histoire, qui est d’abord uniquement celle du peuple juif -que Dieu avait choisi- les Hommes ont souvent récriminé contre Dieu, contre les prophètes, contre les Lois. Et c’est là qu’on voit la patience de Dieu et Son amour pour les Hommes qui jamais ne s’épuise. Chaque fois, Dieu n’a pas voulu se détourner de l’homme ni le punir comme il le mérite, mais plutôt Il lui proposait chaque fois de revenir vers Lui et de là naissent les alliances successives (l’arche de Noé, la circoncision etc…) jusqu’à Jésus. Et dans cette même bonté, l’heure du jugement appartient à Dieu seul de sorte qu’il nous est donné un certain temps pour la conversion pendant lequel la miséricorde l’emportera sur la justice… et à l’heure que Dieu a fixé le jugement viendra. Personne ne connaît cette heure et ceux qui le prétendent disent faux. Même les disciples n’ont pas pu l’entendre de Jésus qui leur a dit qu’ils n’ont pas à savoir le jour et l’heure mais qu’ils doivent se tenir prêts.

Malgré cela, le peuple juif -avec les autres bien sûr- persévérait dans le péché et Dieu n’a pas choisit de punir car s’Il retient nos fautes qui subsistera… c’est alors qu’Il a envoyé le Christ comme rédempteur. Les pharisiens et les scribes témoignent particulièrement leur hostilité à ce Messie. On l’attendait impatiemment mais voilà qu’on n’a au final pas voulu de Lui. Et malgré tout Il nous continue de nous appeler patiemment et de nous guider vers le salut.

Avant sa passion, Jésus nous donne quelques avertissements, Saint Pierre également (en particulier dans tout le deuxième chapitre de son deuxième épître), Saint Jean aussi dans ses épîtres (en particulier 1 Jean 4 ; 1-6 et 1 Jean 2 ; 18-29) et dans l’apocalypse, au sujet des faux prophètes qui vont venir après Jésus. Saint Jean nous parle beaucoup de l’antichrist qui est déjà dans le monde : ceux qui prétendent être avec Jésus mais qui ne le sont pas. On reconnaît qu’ils ne sont pas de chez nous car ils sont partis de chez nous ; s’ils en étaient vraiment ils seraient restés. Jésus nous a dit clairement qu’Il est le messie et la Bible n’en annonce aucun après Lui. Saint Pierre explicite largement : « Il y a de faux prophètes dans le peuple comme il y aura aussi parmi vous de faux docteurs qui introduiront des sectes pernicieuses et qui, reniant le Maître qui les a rachetés, attireront à eux même une prompte perdition. Beaucoup suivront leur débauche et la voie de la vérité sera blasphémée à cause d’eux. Par cupidité au moyen de paroles trompeuses, ils trafiqueront de vous, eux dont le jugement depuis longtemps n’est pas inactif et dont la perdition ne sommeille pas. (…) Audacieux, arrogants, ils ne craignent pas de blasphémer les Gloires, alors que les Anges quoique supérieurs, ne portent pas contre elles devant le Seigneur de jugements calomnieux. Mais eux sont comme des animaux sans raison voués par nature à être pris et détruits, blasphémant ce qu’ils ignorent, de la même destruction ils seront détruits eux aussi, subissant l’injustice comme salaire de l’injustice. (…) ils allèchent les âmes mal affermies. (…) Ils promettent la liberté mais sont eux même esclaves de la corruption, car on est esclave de ce qui vous domine. En effet si après avoir fui les souillures du monde par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont dominés leur dernière condition est devenue pire que la première. Car mieux valait pour eux n’avoir pas connu la voie de la justice, que de l’avoir connue pour se détourner du saint commandement qui leur avait été transmit.  Il leur est arrivé ce que dit le véridique proverbe : Le chien est retourné à son propre vomissement et « la truie à peine lavée se roule dans le bourbier ».

Dans ce contexte, je regrette beaucoup la division au sein des chrétiens et le nombre important de sectes qui confessent la foi en Jésus Christ. Beaucoup pensent qu’il suffit qu’il y ait le nom de Jésus dans un groupe pour que le salut s’y trouve et s’enrôle dans le premier groupe qui leur parle de Jésus ; ils sont moins à blâmer que ceux qui les trompent. La première Eglise qui est née était l’Eglise catholique. Les autres sont nées des divisions et sont généralement en désaccord avec le siège de Saint Pierre. Je prends pour exemple le luthéranisme qui est né de la découverte de Martin Luther qui s’est rendu compte, un jour, que l’Eglise opprimait les chrétiens depuis toujours, soit que cela faisait plus d’un millénaire d’erreurs. C’est ainsi qu’il a quitté son ordre religieux (il était dans l’ordre des Augustins réformés) pour se consacrer à la destruction de l’Eglise et y subsituer une Eglise différente. Or Saint Pierre a été établi par Jésus lui même et il lui a dit que tout ce qu’il aura lié sur terre sera lié dans les cieux et tout ce qu’il aura délié sur la terre sera délié dans les cieux. Pour ma part, je préfère ne pas me retourner contre le siège de Pierre.

Pour en revenir à la nouvelle alliance, je voudrai souligner que la nouvelle alliance, par Jésus Christ, a modifié l’ordre des choses -d’ailleurs Il est venu pour remettre les choses en ordre. Avec l’ancienne alliance, beaucoup de sacrifices expiatoires étaient prescrits et de nombreuses règles très rigides en particulier sur le Sabbat. Mais le péché restait dans les hommes malgré les sacrifices alors Dieu a envoyé Jésus, le sacrifice parfait qu’il n’y a plus à refaire -et c’est ainsi qu’il se dit parfois que les sacrifices humains qui se font encore à cause de récit du sacrifice d’Abraham sont blasphématoires puisque par Jésus Christ, ils n’ont plus lieu d’exister, car c’est Lui le sacrifice parfait et l’unique médiateur entre Dieu et les Hommes ; de plus la Bible nous enseigne, même dans l’ancien testament, que le sacrifice qui plaît à Dieu c’est un coeur contrit. Ainsi Jésus nous libère non seulement du péché mais aussi des rigueurs de la première alliance!

Seulement comme nous avons la flemme de nous convertir, on préfère souvent s’attacher à des sacrifices humains ou animaux, à des tas de prescriptions que l’on peut observer extérieurement et qui nous font passer pour justes. Il s’agit des mêmes problèmes que ceux que soulevaient les pharisiens et les scribes.

Bref, ce sacrifice parfait se renouvelle chaque fois que nous commémorons la Cène où le Fils de l’Homme se donne en nourriture de salut pendant la messe -ce pourquoi les autres sont sacrifices sont obsolètes. Jésus n’a pas interdit les anciennes prescriptions mais souvent notre attention est attirée sur ces Lois qui emprisonnent l’homme plus qu’elles ne le libèrent ; c’est de cela qu’il nous veut libérés. Je prends l’exemple du jour où ils ont voulu prendre Jésus en faute pour avoir guérit un sourd muet le jour du Sabbat, ou celui du jour où veut le prendre en faute pour avoir guérit un homme à la main sèche un tel jour.  Par ces exemples on voit comment l’homme se rend prisonnier de la Loi et condamne ainsi d’autres hommes par cette Loi, qui, prise stricto senso, empêche de faire le bien un tel jour. Jésus pose d’ailleurs la question de savoir s’il est permis de faire le bien un jour de sabbat ou plutôt de faire le mal. Et dans son « testament » avant d’aller vers sa passion, Il nous donne la Loi parfaite qui est la Loi d’amour envers Dieu et envers les hommes. Voyez comme c’est simple la religion : « aimez vous comme je vous ai aimé », nous demande Jésus, cet amour qui se donne sans compter, puisque Jésus a donné jusqu’à sa vie (les martyres l’ont imités parfaitement). Si on a compris cette Loi d’amour, associée à la charité, on pourra tout comprendre des Ecritures et s’appliquer à la justice qui plaît à Dieu. Mais sans l’amour et sans la charité, nous risquons commettre les mêmes erreurs que les pharisiens et les scribes ; on risquerait appliquer les commandements juste pour se glorifier.

Voici le nouveau Testament avec un grand commandement qu’est l’amour, un grand sacrifice (Saint sacrifice) pour l’alliance qu’est le Christ lui même, et une abondance de promesses et de grâces par ce sacrifice parfait, et en particulier promesses de vie éternelle.
Par cette nouvelle alliance, Jésus vient « rassembler du milieu des Hommes un peuple saint » qui appartienne à Dieu, un peuple délivré de la mort et du péché par la mort et la résurrection de Jésus -par qui se concrétise les promesses de vie éternelle dont Adam par le péché originel nous rend indigne mais dans lesquelles le Christ nous rétabli par son obéissance parfaite jusqu’à la mort sur la croix. Ainsi nous est révélée l’infinie miséricorde de Dieu.

9 février, 2009

La Vierge Marie

Classé dans : Religion — senalaetitia @ 16:25

L’Eglise catholique enseigne que la vierge Marie est restée vierge jusqu’à la mort mais beaucoup de personnes qui se plaisent à lui chercher des péchés pour dénigrer son immaculée conception ou simplement pour accuser l’Eglise catholique d’idolâtrie à cause d’elle, cherchent des arguments qui pourraient la souiller.

I- Au sujet de l’idolâtrie

Cette accusation semble déplacée parce qu’il nous arrive à tous, dans la vie quotidienne, de prier telle ou telle personne de faire quelque chose pour nous ; ne serait-ce que dans les formules de politesse. Alors pourquoi le fait de prier la vierge Marie d’intercéder pour nous auprès de Jésus devient de l’idolâtrie. Si c’est ainsi, chaque fois que nous prions un frère de nous aider c’est un péché d’idolâtrie et ainsi l’accusation deviendrait cohérente. Qui est prêt à manquer de politesse et de courtoisie envers tous -au risque de tomber dans le péché d’orgueil- pour justifier le caractère idolâtrique des prières à Marie?

Aussi, certaines personnes se pressent de rentrer chez elles et coupent tout moyen de communication afin de regarder leur série culte! Beaucoup parmi nous ont une idole parmi les célébrités. Une fois quelqu’un m’a demandé « t’es fan de qui toi? ». J’ai répondu « je suis fan de Dieu ». On m’a dit « oui, d’accord, ça on l’est tous mais à part ça? ». J’ai dit « personne d’autre ». Dans cette société, on idolâtre beaucoup de choses ou de personnes sans s’en apercevoir. On rend un culte à la télévision en mettant nos séries cultes au dessus de tout. On adore les marques et l’argent. On ne penserait jamais à sacrifier son temps de distraction pour se consacrer à la prière. Comment une société aussi idolâtre peut-elle accuser l’Eglise d’idolâtrie lorsqu’elle prie la Sainte Vierge d’intercéder pour elle auprès de Jésus!?

De plus, avant de mourir sur la croix, Jésus confie Marie et Jean l’un à l’autre par ces paroles : « Femme, voici ton fils ». ensuite il dit au disciple : « Voici ta mère ». Et à partir de ce moment le disciple la reçut chez lui. (cf Jean ; 25-27) En lisant les actes des apôtres, nous apprenons que les disciples étaient assidus à la prière avec quelques femmes dont Marie mère de Jésus. Et c’est tout spécialement pour ces deux raisons conjugués que l’on dit que Marie est la mère de l’Eglise et notre mère puisqu’elle est devenue la mère des disciples à la mort de Jésus. Ceci est fait pour respecter et honorer la volonté de Jésus. Il ne s’agit pas de l’idolâtrer mais de l’accueillir comme mère de nos communautés.

Enfin, au sujet de son intercession, on m’a dit « mais moi j’ai besoin de personne, si je veux parler à mon Dieu je Lui parle directement ». Pourtant depuis l’ancien testament les prophètes intercédaient pour le peuple sans qu’il ne fut question d’idolâtrie.

Les enfants utilisent souvent celui de leur parent qui est le moins sévère lorsqu’ils ont peur d’adresser une demande ou d’avouer une bêtise à celui dont ils craignent l’autorité et ils sont sûrs que ça marche à cause de l’amour entre les deux. Quand j’étais enfant je demandais à ma mère pour une sortie, pour de l’argent ou pour que je ne me fasses pas gronder que ce soit elle qui dise ma bêtise à mon père à cause de sa sévérité… et ça marchait! J’ai une amie qui procédait de la même manière avec succès. Cela semble naturel dans les relations de famille ou le père est un peu dur ; les enfants demandent plutôt à leur mère. Depuis Jésus, nous appelons Dieu « Père » ; nous avons, par grâce, la crainte du Seigneur ; nous savons qu’Il est juste et que nous le sommes moins… (Jésus Christ nous justifie par son sang versé et Dieu nous offre son pardon) Ainsi, comme dans cela se fait dans nos famille, nous demandons à Marie de demander pour nous surtout lorsque l’on reconnaît spécialement qu’on n’est pas méritant du tout… et nous lui demandons parce que nous savons que Dieu l’aime beaucoup à cause du privilège dont Il l’a favorisée…

II- Au sujet de son rôle « négligeable » dans l’histoire sainte

« Elle a juste porter Jésus ». Certes, mais si c’est elle qui l’a fait, c’est bien parce qu’elle en a été jugée digne par le Très Haut par sa vie intègre et sans péché. Et malgré cette grâce exceptionnelle, elle ne s’est jamais mise au dessus de la Loi : elle s’est soumise au rite de la purification alors que Jésus est saint dès la naissance, d’après les paroles de l’ange à Marie « C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu ». Ainsi malgré la grâce exceptionnelle qu’elle a trouvé aux yeux de Dieu (cf annonce à Marie : Luc chapitre 1 versets 26-38) elle se soumet humblement à toutes les prescriptions de la Loi. Or parmi ceux qui sont premiers à critiquer, peu se soumettent entièrement à toutes les prescriptions et grand nombre s’y refusent jugeant que ceux qui sont garants des prescriptions ne sont pas assez dignes à leurs yeux pour qu’ils aillent vers eux. Cela manque un peu d’humilité.

De plus, il faut être vraiment téméraire pour juger indigne ce que le Puissant, dans sa souveraineté absolue, a jugé digne et privilégié en vertu de cette dignité. Il n’est pas permis de juger… encore moins de juger le Juge.

Celui qui me parlait de son rôle de moindre importance m’a questionnée ainsi : « si je t’envoie un courrier, est ce la lettre ou l’enveloppe qui est importante ». Alors j’ai commenté que l’on ne peut pas envoyer de lettres sans enveloppe, mais il n’a pas compris. Pourtant c’est un langage simple et je voudrais souligner  que Saint Paul nous enseigne ainsi dans le premier épître aux corinthiens où il compare les membres de l’église du Christ au corps humain. Il me semble que Marie fait partie de l’église du Christ et pour cela, ne serait-ce qu’avec cette comparaison du corps, son rôle est bien important. Saint Paul nous dit que le corps est composé de plusieurs membres, et de même le corps de l’église dont Jésus est la tête. Et il donne comme exemple : « L’oeil ne peut donc dire à la main « je n’ai pas besoin de toi », ni la tête dire aux pieds « je n’ai pas besoin de vous ».  Bien plus les membres du corps qui sont tenus pour plus faibles sont nécessaires ; et ceux que nous tenons pour les moins honorables du corps sont ceux là même que nous entourons de plus d’honneur, et ce que nous avons d’indécent on le traite avec plus de décence ; ce que nous avons de décent n’en a pas besoin. Mais Dieu a disposé le corps de manière à donner davantage d’honneur à ce qui en manque, pour qu’il n’y ait point de division dans le corps, mais qu’au contraire les membres témoignent une mutuelle sollicitude (…) » (cf 1 Corinthiens 12 ; 12-30) Voilà comment on ne peut pas exclure Marie de l’Eglise, et donc du plan de Dieu, sous prétexte que son rôle est moindre à côté de celui de Jésus. De même que le corps ne marche pas sans les pieds, que le courrier ne s’envoie pas sans enveloppe, Jésus n’est pas né sans Marie, et c’est Dieu qui l’a établi ainsi, de même qu’Il a établi l’ordre dans la disposition du corps.

Celui qui me parlait ainsi a ajouté encore qu’on ne parle presque jamais d’elle dans la bible et je dis que c’est sagesse qu’elle se tient si discrète de manière à ne pas interférer dans le ministère de Jésus. Personne n’aimerait trouver sa mère mettant son nez dans ses dossiers personnels ou intervenant dans des réunions de travail où elle n’est pas invitée. D’ailleurs les mères ont rarement envie de faire de telles choses et c’est sagesse.
III- L’amour de Marie

Jésus était semblable aux hommes en tout à l’exception du péché. Comprenons alors son attachement à celle qui l’a porté et éduqué. Il n’y a rien d’étrange à ce qu’il demande à ceux qui l’aiment d’aimer celle qu’il a connu en premier sur cette terre. De même, peu de personnes apprécient que leur conjoint(e) ou simplement leurs ami(e)s dénigrent, insultent ou méprisent leur maman. Il en est de même pour Jésus.

IV- Jésus aurait eu des frères

En premier lieu, j’aimerai souligner que même si cette rumeur était vraie, il n’y aurait là rien de mal puisque Marie était l’épouse légitime de Joseph, ce qui lui donnait le droit d’avoir des enfants avec lui. A cette époque, la virginité des époux avant le mariage était chose fréquente -puisque c’est la Loi. Pour Marie, on sait que c’est vrai, non seulement parce que Dieu l’a privilégiée mais aussi puisque Joseph ne l’a pas répudiée à cause de l’intervention de l’ange. On le sait encore parce qu’elle l’a dit à l’ange qui était venu lui porter l’annonce. Mais de nos jours, ceux qui cherchent à dénigrer Marie par là sont peu nombreux à respecter la chasteté et très nombreux à trouver ridicule et trop prude de ne pas avoir de rapports avant le mariage et un bon nombre considère le mariage comme désuet. Alors pour tous ceux là, il faudrait d’abord enlever la poutre de votre oeil avant de vouloir enlever la paille dans celui de Marie. Et c’est parce que j’ai la même poutre dans l’oeil que je me refuse à m’attaquer à la paille de l’oeil de Marie, et ce d’autant plus que cette rumeur est fausse.

En effet, en hébreu, tout parent s’appelle frère ou soeur et il faut noter que la Bible grecque dont les évangiles ont gardé le vocabulaire, n’a jamais remplacé le mot frère lorsqu’il s’agissait d’un cousin ou d’un parent. Lorsqu’on veut souligner qu’il s’agit d’un frère au sens ou nous l’entendons aujourd’hui en occident on emploie l’expression « fils de sa mère » ou lorsqu’il s’agit d’un demi-frère « fils de son père ».

Avec regret, je constate que cela semble difficile à comprendre même pour des personnes originaires d’Afrique où ce langage est conservé. Pour ma part, lorsque je suis au Bénin tous ceux qui habitent ma maison sont mes frères et soeurs, oncles et tantes et j’ai aussi des neveux et nièces bien que ma soeur (fille de ma mère) soit très jeune et toujours vierge et mon frère (fils de ma mère) très jeune et sans femme ni enfant. Et pourtant ce langage n’a jamais incité personne à soupçonner que l’un de nous ait eu un enfant illégitime. Cela s’explique simplement parce que mes cousins et cousines sont aussi pour moi des frères et soeurs. Et si quelqu’un me voit avec mon aîné dans la rue et demande qui je suis, il leur dit « c’est ma petite soeur » et si la personne veut savoir plus de détails elle demandera « c’est la fille de qui? » puisqu’ils ne m’ont jamais vu et savent que je ne suis pas la fille de sa mère, pourtant ils ne remettent pas en cause notre fraternité. Mes tantes me considèrent comme leur fille et moi je les traite avec respect, chacune comme ma mère.

C’est ainsi que nous savons que Marie est toujours vierge et que demander son intercession n’est pas un acte d’idolâtrie. D’ailleurs ça nous arrive bien parfois de demander un service à quelqu’un d’important par une de nos connaissance qui a une bonne place dans son entourage. C’est tout ce que nous faisons avec Marie lorsque nous demandons à Dieu en passant par elle -car Il lui a fait don d’une grande grâce.

 

 

 

3 février, 2009

L’athéisme et la laïcité

Classé dans : Religion — senalaetitia @ 22:08

L’athéisme nie l’existence de Dieu. Pour celui qui est athée, tout s’explique scientifiquement ou de toute manière que ce soit mais toujours sans Dieu.

La laïcité vise à protéger les libertés individuelles concernant la religion. Or le satanisme n’est pas considéré comme une religion. Si je suis une jeune collégienne catholique dans l’enseignement public, je cacherai ma croix pour ne pas risquer d’ »ostenter » mon camarade sataniste qui exhibe des vêtements noirs avec des clous et une grande croix noir avec une tête de mort -symbole du mal être des jeunes. Personne ne se demande si sa tenue m’ »ostente » ou non.
Exhiber un crucifix est devenu plus impudent qu’exhiber sa sexualité. Si je suis homosexuel, j’ai le droit, comme celui qui est hétérosexuel, de m’asseoir à califourchon sur mon partenaire dans un lieu publique. Mais si je suis catholique, par respect je cache mon crucifix dans un établissement publique.

De nos jours, on croit que la liberté c’est de faire tout ce qui est interdit et on a peine à se débarrasser de certaines manies, voire de maladies psychiatriques graves comme la cleptomanie, la délinquance sexuelle ou les psychopathologies meurtrières, le suicide…

N’adorer que Dieu, ne prononcer son nom qu’avec respect, sanctifier le jour du Seigneur, honorer son père et sa mère, ne pas tuer, ne pas faire d’impuretés, ne pas voler, ne pas mentir, ne pas avoir de désirs impurs, ne pas convoiter le bien des autres injustement. Quel rabat joie! N’empêche que si je crains Dieu, je ne ferai rien de tout cela. Ainsi, celui qui craint Dieu aura du mal à tomber dans les maladies psychiques et incurables de ce siècle. (cf exemples paragraphe ci dessus) Quelle est la vraie liberté : choisir de ne pas voler ou être soumis à cette manie de façon pathologique ?

Aussi, nos lois reprennent un bon nombre de ces commandements, puisque notamment le vol et l’homicide sont interdits et réprimés par la loi. Honorer son père et sa mère est aussi dans le code civil : « tout enfant à tout âge doit respect et honneur à ses parents ». Alors qu’a-t-on gagné avec la laïcité?

Les sectes qui font le mal et privent de libertés au nom de Dieu ou/et en celui de Jésus mais seulement pour profiter à ceux qui y ont des intérêts -les gourous comme on les appelle. Le conflit entre Israël et Palestine est appelé guerre de religion et on se plaît à croire que Dieu en est la cause. Pour ces raisons, et parce qu’ils ne veulent pas chercher à comprendre, certains ont peur de la religion même si leurs enfants sont baptisés à l’Eglise catholique à cause d’une vieille d’une vieille tradition qui se perpétue dans la famille. Cependant, ils ne sont pas à blâmer tant qu’ils ont une conduite juste ; mais ceux qui sciemment contribuent à les enfermer dans cette peur pour les attirer à eux, le sont. C’est pour cela que le blasphème est interdit et qu’il est dit « tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec honneur et respect ».

La genèse raconte la tentation de croire que la bonté de Dieu cache quelque chose. Aujourd’hui en effet on a du mal à accepter que Dieu est bon et qu’Il aime les Hommes, aussi simplement qu’un père aime ses enfants et lui donne des règles pour son bien. La convoitise a permis que la femme accepte d’enfreindre les commandements de Dieu car le serpent lui a assuré qu’elle ne mourrait pas mais qu’elle obtiendrait une connaissance du bien et du mal qui lui permettrait d’être comme Dieu, et donc libéré de la soumission qu’elle a vis-à-vis de Lui. L’Homme l’a suivi à cause de son orgueil. Aujourd’hui, on croit qu’on a atteint un degré de sciences qui nous dispense de respecter les lois de la nature -établies avant même que l’homme n’arrive sur la terre. C’est ainsi qu’on arrive à nourrir des élevages sans grain et à faire de l’agriculture sans les semences de l’année précédente.Voyez si la vache folle n’a pas tué, si le cancer ne tue pas… Il en va de même sur les relations sexuelles désordonnées… c’est vrai que ça ne tue pas en soi mais le SIDA n’a toujours pas de traitement curatif et on en meurt encore partout dans le monde. Pourtant celui qui reste vierge jusqu’au mariage et qui ne fait l’amour pour la première qu’avec une femme vierge aussi, cela après les tests prénuptiaux révélant qu’ils n’ont pas de MST, n’ont aucune chance d’avoir le SIDA ; et s’ils restent fidèles conformément aux voeux de leur mariage, le SIDA n’entrera pas chez eux. Avec la pilule du lendemain, l’avortement et le préservatif, chacun se sent « libre » de faire n’importe quoi. Pourtant on n’en est pas plus heureux -la dépression fait fureur malgré tout! De plus, le préservatif n’est pas fiable à 100 %. Comme quoi le péché risque effectivement d’entraîner la mort -et dans d’autres exemples.

L’orgueil de l’Homme le pousse à des expériences qui n’entraînent souvent des catastrophes : la pollution, le réchauffement climatique et la fonte des glaciers, le SIDA, le cancer, la vache folle, la grippe aviaire… est-ce vraiment utile de chercher à nourrir les élevage autrement que comme cela se fait naturellement ? Voyez, les pays pauvres n’ont pas ces problèmes! Et surtout au lieu de chercher comment cesser de polluer -au Bénin, par endroits, ils sont au bio gaz et à l’énergie solaire mais la France a décidé que c’est trop coûteux!… bref, on préfère se préparer à aller vivre sur Mars plutôt que de faire baisser le P.I.B, risquer de mettre tant de salariés d’EDF au chômage. On s’attriste des catastrophes naturelles mais on refuse de renoncer à son petit bain quotidien -un petit confort qui coûtera l’eau à nos descendants. Heureusement d’ici là, peut être saura-t-on dessaler les mers !

Comment un être sensé peut-il, tout en reconnaissant que Dieu a créé tout l’univers, croire qu’Il a pu se tromper en posant tel ou tel interdit, telle ou telle loi? Comment un être sensé peut-il croire que Dieu, tout puissant -à cause ne serait-ce que de ce nom qu’on Lui donne, a besoin de tromper l’homme pour obtenir quoi que ce soit! En effet, le créateur, surtout s’Il est Dieu, ne peut avoir crainte de sa créature!

Enfin, ceux pour qui la croix représente un signe ostentatoire, alors que c’était un supplice courant jusqu’à une certaine époque, ont sûrement peine à supporter sa vue et tout ce qu’elle connote, notamment le péché et la mort, à cause d’une honte qu’ils gardent en eux. Le plus difficile pour les hommes n’est pas tellement de se tromper mais de le reconnaître : on fait tout pour masquer nos torts aux autres mais aussi à soi même. Là, il est vrai que la laïcité est d’un grand secours.

Pour Jésus, le Saint Suaire qui est en cours d’expertises scientifiques, est la preuve qu’il est vraiment venu et que la Bible n’a pas menti : l’ancien testament l’annonce par les prophètes qui décrivaient sa venue ; le nouveau raconte sa venue et sa vie dans ce monde, exactement comme cela était annoncé ; l’apocalypse révèle certains aspects des choses à venir en particulier le jugement dernier et l’avènement du Christ ainsi que beaucoup des catastrophes d’aujourd’hui  -également décrites dans les livres précédents. La découverte du Saint Suaire marque la venue de Jésus dans le monde et sa mort sur la croix du sceau de la vérité…

11 janvier, 2009

Exorcistes, prêtres : ministère de prédication et de guérison

Classé dans : Foi, témoignage, exhortations,Religion — senalaetitia @ 19:00

Bonjour,

 Un jour, une dame s’est rendue chez l’exorciste de son diocèse et ce dernier lui a recommandé un psychiatre. En effet, il paraît que le tiers des exorcistes, en France, ne croient pas au démon ! Il n’y a pas grand mal à refuser d’y croire mais pour un exorciste c’est bien dommage. En effet, l’exorciste est le seul -en dehors de l’évêque- autorisé à pratiquer l’exorcisme et il est mandaté pour cela. Si lui ne le fait pas, qui le fera à sa place? Là, pour le démon, c’est génial car il est en sécurité ! D’ailleurs c’est quand on se dit qu’il n’y a pas de voleur, qu’on laisse sa porte ouverte et que celui-ci peut voler librement ; et l’assurance ne vous remboursera pas puisque la porte était ouverte.

Plus sérieusement, c’est bien triste. En France, on dit que l’ésotérisme n’existe plus. Pourtant les boutiques d’ésotérisme et les voyantes ne mettent pas la clé sous la porte… On ne croit plus au démon, on croit que le paradis est déjà arrivé sur la terre puisque Jésus est déjà né, mort et ressuscité. Cependant on maintient le ministère des exorcistes… Pourquoi? Si on pense que le mal n’existe plus, pourquoi est ce qu’on maintien ce ministère!? Et si vraiment le mal n’existe plus, quelles sont tous ces fléaux et ces maladies incurables!?

Lors d’un séjour au Bénin, alors que j’étais malade depuis plusieurs années et incurable, j’ai rencontré un prêtre qui m’a guérie comme c’est écrit dans la bible, comme le faisait Jésus et comme il a demandé à ses disciples de la faire à sa suite, par l’imposition des mains et l’onction. Certains amis me disent que ce genre de problèmes n’existe qu’en Afrique. Or je suis née et j’ai vécu en France depuis l’enfance. J’ai passé du temps en Afrique mais j’étais en France quand je suis tombée malade. Ici, l’exorciste de mon diocèse, lorsque mon père l’a rencontré, l’avait dirigé vers des assistantes sociales (comme il le fait assez souvent). Il ne m’en a parlé qu’après mais j’avais trouvé ça déplacé pour un exorciste : qu’il quitte alors le ministère!

Je suis allée quelques fois rendre visite à mon père au Bénin et j’ai vu quelques étrangetés : des femmes allongées sur l’autel qui se mettent à crier en se tordant dans tous les sens quand il s’approche d’elles, des personnes qui se sortent de situations infernales, une dame paralysée qui retrouve l’usage de ses jambes, etc…

Tout ça pour rappeler que c’est la France qui a évangélisé l’Afrique… alors, France, qu’as tu fait de ton baptême?

Jésus a envoyé les 72 en mission en leur disant « dans toute ville où vous entrez et où l’on vous accueille, mangez ce qu’on vous sert, guérissez ses malades et dites aux gens : « le Royaume de Dieu est tout proche de vous. » (…) si ‘lon ne vous accueille pas, sortez sur les places et dites : « même la poussière de votre ville qui s’est collée à nos pieds, nous l’essuyons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le, le Royaume de Dieu est tout proche. » (…) Les soixante-douze revinrent tout joyeux, disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom! » Il leur dit : « Je voyais Satan tomber du Ciel comme l’éclair ! Voici que je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds serpents, scorpions et toute la puissance de l’Ennemi, et rien ne pourra vous nuire. » (St Luc, ch. 10 et 11)

Les prêtres ne sont pas là uniquement pour dire à chacun une parole qui lui fasse plaisir ; ils sont là pour annoncer la Vérité et ce, même si cette Vérité n’est pas facile à entendre. Il faut laisser faire par l’Esprit et être sans cesse pleins d’assurance dans le Seigneur afin qu’Il rende témoignage à la prédication en opérant signes et prodiges par ses mains (cf actes 14, 3).

Si ceux qui annoncent la Parole ne sont pas remplis de confiance et de zèle, ils ne pourront pas accomplir signes et prodiges par la grâce de Dieu et donc la Vérité demeurera sans témoignage, ce qui la rend difficile à croire : comment adhérer à un Christ qui nous promet la persécution et nous convoque à la croix si nous n’avons pas par ailleurs l’assurance qu’Il est réellement le Christ venu nous sauver!? C’est inconcevable! Cette assurance, dont nous avons besoin, ce sont les signes et prodiges qui la fortifient. Voyez, on court vite vers les Eglises protestantes (qu’on disait hérétiques il y a peu) et on fuit l’Eglise catholique. On abandonne la pratique mais on va aux charismatiques une fois par semaine… Si je n’avais pas vu la puissance de Dieu je me serai aussi réfugiée vers un de ces courants où la morale est moins stricte et les signes plus abondants. C’est parce que j’ai vu un premier signe dans ma vie que je suis revenue à L’Eglise notre mère. Dans les moments de doute, les témoignages et les vies de saints m’encouragent parce qu’on se demande parfois « et si Jésus n’était pas le Christ..? » et là on peut se décourager de pratiquer la vertu… alors un petit témoignage ravive la foi!

C’est vrai : que gagne-t-on à renoncer à tout si on ne gagne rien par ailleurs? Nous avons besoin de voir ce qu’il y a à gagner pour accepter de laisser tout le reste : perdre sa vie pour gagner la Vie éternelle, ok ; mais perdre sa vie pour rien, c’est inconcevable! La morale de la Sainte Eglise est exigeante (et juste) mais les croyants ont besoin de signes que c’est bien là la Vérité pour pouvoir se donner entièrement car on ne peut pas renoncer aux plaisirs du monde pour rien.

Dans la Bible on parle des signes accompagnants ceux qui croient mais dans l’Eglise les pasteurs n’y croient plus. Alors les fidèles s’en vont pour rejoindre d’autres courants où on voit des prodiges selon les promesses de Jésus. Hélas ils y perdent parce que du coup ils ne suivent plus la Sainte Doctrine et oublient vite la course aux biens qui ne passent pas…

Ce doit être pour cela que le Pape Jean-Paul II avait exhorté les prêtres à guérir les malades et c’est pour suivre cette exhortation que les prêtre dont j’ai parlé m’avait guérie. Quand je l’ai remercié il m’a dit tout simplement qu’il n’a fait que son travail, et m’a guérie par pure obéissance.

La prédication, ce n’est pas simplement de belles paroles dites timidement par crainte de l’opinion publique. Il faut proclamer l’Evangile sans crainte : les persécutions d’aujourd’hui sont moins violentes que celles du temps des premiers apôtres et eux n’avaient pas peur alors nous qui ne risquons plus la mort sur la croix ou la flagellation, qu’avons-nous à nous taire!?Pour les signes, il faut se rappeler les promesses de Jésus à savoir, notamment « tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, il vous le donnera ». Il faut bien sûr se détacher de la vanité et des plaisirs mondains pour accomplir pleinement la volonté de Dieu et porter beaucoup de fruits : parler et agir librement, sans crainte. Si les ministres ordonnés renouent avec l’abandon au Seigneur (sans partage), l’Esprit Saint demeurera sur eux et ils accompliront ces signes et prodiges qui ramèneront les âmes auprès du Seigneur. Si le salut apparaît comme ce don gratuit dans l’Eglise, les âmes n’auront plus besoin de fuir vers les courants ésotériques ou les « religions à la carte »(selon une expression du Pape Benoît).

C’est parce que Jésus accomplissait des miracles que les foules restaient auprès de Lui et écoutaient son enseignement (d’ailleurs elles restaient nen général plus pour les signes que pour l’enseignement et ce n’est qu’avec un peu de temps que certains s’attachaient vraiment à Jésus). Je crois qu’il ne faut pas l’oublier pour le ministère de prédication.

31 décembre, 2008

Les tabous et les valeurs

Classé dans : Religion — senalaetitia @ 13:26

Bonne nouvelle pour la jeunesse : le sexe n’est plus un tabou. On peut parler à table de sa dernière conquête sans pudeur. Les tabous tendent à disparaître. Il paraît normal de raconter à ses amis comment on vit sa psychothérapie, comment on fantasme sur son kiné ou son prof de maths, les détails de la première fois. Il n’y a plus de honte à être homosexuel ou bisexuel. Il paraît normal de monter à califourchon sur son chéri sur un banc public, alors qu’il fût un temps où s’était gênant de se tenir la main dans la rue. On parle aussi plus facilement d’argent vu que la plupart du temps on n’en a pas. Par contre il est moins bien vu d’en parler quand on en a !

Mais parler de religion -en dehors du boudhisme- ou pire encore, parler de… j’hésite même à écrire le nom. Bon je me lance : parler de Jésus  emoticone ou d’amour (« Dieu aime les hommes » emoticone), ou de livre saint, c’est vraiment tabou. D’ailleurs, lire du porno c’est normal mais lire la Bible, c’est un peu crétin! S’afficher comme quelqu’un qui croit en Dieu emoticone est devenu une preuve de courage… pire encore : s’afficher comme quelqu’un qui croit aux histoires de paradis et d’enfer emoticone. Bon, heureusement, ça c’est tabou !

Enfin, un musulman inspire la méfiance à cause du terrorisme. Un chrétien inspire plutôt la naïveté et la pitié : les pauvres, ils croient en la résurrection des morts… si ça leur donne de l’espoir… Musulman aussi ça fait pitié mais autrement : les pauvres, ils ont la prière, le jeûne… Juifs, c’est autre chose : ils sont persécutés. Il y a d’autres clichés bien sûr, mais il n’empêche que parler de Dieu en société est devenu plus tabou que de parler de sexe. Pourtant, un croyant qui parle de Dieu parle souvent d’amour. Mais suite à différents conflits, particulièrement le conflit israelo-palestinien, on est arrivé à dire que la religion c’est mal et Dieu par là même. Pourtant il n’est écrit nul part que Dieu a dit aux hommes de se battre dans le sang pour Lui. En tout cas, quand un croyant sincère parle d’amour et de Dieu, c’est scandaleux… mais quand un jeune garçon de 13 ans parle de sa dernière aventure sexuelle avec une fille qu’il n’aimait pas, la clope au bec, c’est normal.

Parler de politique aussi est devenu tabou et le simple fait de parler d’inégalités est considéré comme parler de politique et là, si vous abordez ce sujet à table vous pouvez même être accusé de voter extrême gauche. Car tout le monde sait qu’il n’y a pas d’inégalités en France…

Parler de valeurs morales est le signe du refus d’évoluer. Ne pas boire, ne pas fumer et ne pas -j’hésite à en parler…- … ne pas faire l’amour avant le mariage sont des attitudes complètement abbérantes et dont il ne faut pas parler au risque de corrompre les jeunes. Mais rentrer d’une fête ivre mort, plein de vomi, ne se rappelant plus le prénom de la personne avec qui on a eu une aventure sexuelle, ça c’est un signe d’intégration et c’est très glorieux, donc à raconter sans honte à la prochaine soirée avant de se surpasser!

Quand je pense que c’est la France qui évangélisait partout sur son passage, que le clergé était très important et respecté et que c’était bien vu d’appartenir à une famille catho. A ce sujet il paraît que Jean-Paul II avait dit : « France, qu’as-tu fait de ton baptême? ». Je crois que ça fait rire les africains qui ont été évangélisés par la France quand ils voient l’exemple que ce pays donne actuellement sur les valeurs morales.

Les valeurs morales n’en sont plus ; la valeur sûre maintenant, c’est l’argent…

Je pense qu’en Afrique, malgré l’extrême pauvreté qu’on peut trouver, il leur reste la joie de vivre non pas parce qu’ils sont sous-développés ou fatalistes, comme j’ai pu le lire dans des ouvrages sur la santé dans le monde, mais parce qu’il leur reste des valeurs sur lesquelles s’appuyer et aussi parce que quand on a rien on apprend à être content de tout. En Afrique, un patient qui rentre de l’hôpital guéri rend grâce  à Dieu de ce qu’il est sorti de sa maladie, il réuni la famille pour fêter ça. En France, si vous sortez guéri c’est normal et sinon vous pouvez engager des poursuites… ça peut expliquer la persistance du mal-être général dans cette société.

C’est pas anodin d’abolir les valeurs au profit de la liberté morale. La vraie liberté n’est pas de faire tout ce qui est interdit ou mal jugé…

1...1213141516

ESPACE MOUFLIH |
ochou |
judaica/shabbat/Produits juif |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Groupe Ados de l'ADS d'Orbe
| a la reconquete
| Domine ut videam