29 novembre, 2009

Méditation sur les mystères joyeux -tournée sur l’année sacerdotale

Classé dans : Méditations — senalaetitia @ 22:28

Bonjour, aujourd’hui je voudrai vous partager quelques méditations à partir des mystères joyeux. Ces méditations sont essentiellement centrées sur les prêtres puisque cette année est une année sacerdotale. J’espère que ça pourra inspirer certains pour leurs prières aux intentions des prêtres.

MYSTERES JOYEUX

 

1er mystère : l’Annonciation (Luc 1, 28-38)

FDM : l’humilité

«L’ange Gabriel dit à Marie : « Réjouis-toi… tu enfanteras un fils et tu l’appelleras Jésus… » « Comment cela se fera-t-il ? » « L’Esprit Saint viendra sur toi… »

Marie, dans le silence de sa méditation peu recevoir le message de l’ange : son âme, toute recueillie, est disposée à l’écoute. Elle écoute l’ange et, s’intéressant au plan de Dieu sur elle, le questionne sur sa réalisation. Puis, remplis de foi, d’humilité, et toute docile, elle donne son Fiat « voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole ». C’est dans son silence, son humilité et son abandon, que cette Vierge comblée de grâce concevra le Verbe de Dieu fait chair.

Prions pour les âmes que Dieu appelle au sacerdoce ou à la vie religieuse, qu’elles se montrent attentives à sa Volonté, qu’elles puissent recevoir son appel dans le silence d’un coeur humble et y répondre généreusement dans un abandon total et plein de confiance. Ô Marie, toi qui dit « oui » au Seigneur, intercède pour nous.

Puissent nos prêtres se rappeler qu’ils ne sont pas prêtres par eux-mêmes mais par la grâce de Dieu, ni pour eux-mêmes mais pour le service de Dieu. « Comment cela se fera-t-il?  – L’Esprit Saint viendra sur toi… – Voici la servante du Seigneur… » Que cette humilité de reconnaître que leur ministère leur est donné par la grâce de Dieu est pour sa gloire le rende très fécond par leur abandon confiant et sans réserve au Seigneur qui les a appelés.

Par l’Esprit Saint, Marie a conçu dans sa virginité. Que nos prêtres, à son exemple et à sa prière, demeurent dociles à son action en eux, dans un anéantissement total d’eux-mêmes afin que leur virginité humblement consacrée permette toujours au Christ de s’incarner en eux et qu’ils puissent dire avec Saint Paul « ce n’est plus moi qui vit mais le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 20)

2ème mystère : la Visitation

FDM : la charité fraternelle

« Celui qui voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur, et celui qui voudra être le premier d’entre vous sera votre esclave. C’est ainsi que le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude » (Matt 20, 27-28)

« Elisabeth, ta parente, vient elle aussi de concevoir un fils dans sa vieilles, et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile (…) En ces jours-là Marie partit et se rendit en hâte vers la région montagneuse, dans une ville de Juda. Elle entra chez Zacharie et salua Elisabeth. » (Luc 1, 36-40)

Marie qui est toute remplie de la Parole de Dieu, ne fait cas ni du privilège de son élection, ni de son état, et se rend en hâte auprès de sa cousine enceinte.

Prions pour nos prêtres, ministres -c’est-à-dire serviteurs- du Seigneur ; qu’ils se montrent généreux au service des faibles, des pauvres, des malades, des exclus et des plus démunis en chacun desquels Jésus se reconnaît. Que le privilège de leur élection les conduise non pas à se faire servir mais à se faire les serviteurs de tous dans la charité du Christ qu’ils portent en eux, à l’image de la Sainte Vierge.

« Dès qu’Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein. Alors elle poussa un grand cri et dit « Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de ton sein est béni ! » (…) Marie dit alors « Mon âme exalte le Seigneur… » (Luc 1, 41-42 ; 46)

Que nos prêtres soient mus par cette même charité fraternelle qui monte vers le ciel comme un cantique de louange capable de plaire à Dieu et d’attirer ses faveurs sur les hommes. Amen

3ème mystère : la Nativité

FDM : l’esprit de pauvreté

« Elle enfenta son fils premier-né, l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu’ils manquaient de place dans la salle. » (Luc 2, 7)

Il n’y a pas de place décente pour la jeune femme sur le point d’accoucher mais Marie n’en fait pas un sujet de revendication et se contente de la crèche pour y coucher son fils, le Christ Seigneur. Oui, voilà où notre Sauveur et Seigneur a voulu naître, dans une grande indigence. Et c’est devant ce pauvre bébé couché dans l’indigence que se prosternent les pauvres comme les puissants qui cherchent Dieu. C’est à l’indigence que les bergers ont reconnu le Christ Seigneur car l’ange leur a donné ce signe : « vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche » (Luc 2, 12).

Puissent nos prêtre, religieux et religieuses, s’appliquer à demeurer fidèles aux conseils évangéliques prononcés et particulièrement à la pauvreté, afin que les pauvres de coeur puissent, à la vue d’une telle pauvreté vécue dans la joie d’un coeur simple, reconnaître par eux, dans l’Eglise qu’ils représentent la maison du Sauveur, venir l’y adorer et s’en retourner comme les bergers, remplis de joie, « glorifiant et louant Dieu ».

4ème mystère : la Présentation de Jésus au Temple

FDM : le don de soi, l’obésissance

« Il le reçut dans ses bras, bénit Dieu et dit : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix ; car mes yeux ont vu le salut que tu as préparé à la face de tous les peuples, lumière pour éclairer les nations… » (Luc 2, 29)

Le Saint vieillard Syméon n’attendait qu’une chose pour s’en aller en paix : voir le salut préparé par Dieu à la face de tous les peuples.

Puissent nos prêtres, à son image, se tenir fidèle à l’Eglise dans un don entier, absolu de tout leur être et refusant tout repos à leur âme tant qu’ils n’auront pas vu le salut des âmes qui leur sont confiées, tant qu’ils ne voient pas la lumière du Christ briller sur elles jusqu’à éclairer les nations alentour.

Donne-nous Seigneur beaucoup de saints prêtres pour présenter, à chaque messe, toujours et partout, ton sacrifice pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Que nous ne manquions jamais de saints prêtres tout entiers donnés à l’Eglise jusqu’à ce que tous les hommes aient accueilli ton salut par Jésus-Christ. Amen

Marie, figure de l’obéissance parfaite, emmène son Fils pour l’accomplissement du rite de la purification suivant tout ce que la Loi prescrit sans faire cas de la sainteté originelle de l’enfant pour se dérober à ses devoirs. Que les consacrés, à la suite de Marie, soient toujours des modèles d’obéissance pour les fidèles en s’appliquant spécialement à la fidélité au voeu d’obéissance.

« Vois !! Cet enfant doit amener la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël ; il doit être un signe en butte à la contradiction -et toi-même une épée te transpercera l’âme !- afin que se révèlent les pensées intimes de bien des coeurs » (Luc 2, 34-35)

Marie participe au sacrifice de Jésus en acceptant ce glaive de douleur. Seigneur, par Marie, donne à nos prêtres de s’unir généreusement au sacrifice de Jésus pour le salut des âmes en offrant leurs épreuves et les austérités de leur vie avec beaucoup d’amour, à l’exemple de Marie.

5ème mystère : le Recouvrement de Jésus au Temple

FDM : la recherche de Dieu en toute chose

« Venez à moi vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai (…) et vous trouverez soulagement pour vos âmes » (Matt 11, 28-30)

« Dis à l’humanité douloureuse de se blottir dans mon coeur miséricordieux et je la comblerai de paix. » -Jésus (P.J 1074)

« Le genre humain ne trouvera pas le repos tant qu’il ne se tournera pas vers la source de ma miséricorde. » -Jésus (P.J 699)

Marie et Joseph cherchaient Jésus dans l’angoisse. Quand ils le retrouvent Marie le lui dit et il répond « Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? » (Luc 2, 49)

Après le recouvrement, Jésus rentre docilement avec ses parents, c’est le retour à la paix dans la Sainte Famille.

Dans l’angoisse de nos vies, notre paix se trouve auprès du Seigneur.

Le signe de la présence de Dieu en nous, c’est la paix profonde qui nous habite. Ô miséricorde ! Seigneur, parce que tu veux te laisser trouver, parce que tu ne veux pas nous laisser nous égarer loin de Toi éternellement, tu ne permets pas que nous soyons en paix loin de Toi !

Donne-nous, à ce signe de l’angoisse, de nous remettre promptement à ta recherche et guide nous vers le Père par ton Eglise, par ta Parole et tous les lieux où tu habites.

Veillons sur notre foi, sur la présence de Dieu dans nos vies, sur ses dons, avec une attention toute particulière, celle que l’on porte à un enfant ; témoignons-Lui notre intérêt pour Lui, notre amour, afin qu’il se plaise à demeurer chez nous…

Prions pour nos pasteurs, qu’ils nous enseignent à rechercher Dieu sans trève et nous guident par l’Esprit Saint vers la maison du Père où nous trouverons Jésus, le repos de nos âmes.

Prions pour nos prêtres, ministres et gardiens des trésors de la sainte Foi : que Dieu leur donne de veiller sur elle avec soin, comme Marie et Joseph veillèrent sur Jésus, afin que nous puissions en jouir de génération en génération et ainsi vivre toujours en paix auprès du Seigneur.

Que Dieu leur donne d’enseigner la Foi catholique reçue des apôtres avec sagesse afin que ceux qui les entendent soient stupéfaits, comme les docteurs en entendant Jésus, et, reconnaissant l’oeuvre de Dieu dans son Eglise, se joignent au peuple des baptisés pour former avec nous la demeure de Dieu parmi les hommes.

23 novembre, 2009

Dimanche 22 novembre 2009 : fête du Christ Roi de l’univers

Classé dans : Méditations — senalaetitia @ 13:38

Nous sommes faibles pour lutter contre le Mal mais nous avons un moyen sûr d’empêcher sa domination sur nos coeurs, c’est d’accepter Jésus comme notre seul Roi et de Lui laisser domination sur tout notre univers intérieur. Ainsi tous les habitants de cet univers -toutes les puissances de l’âme- seront parfaitement unis, vivant dans la paix au service de leur unique Roi, Jésus le Seigneur.Par la toute-puissance de ce Roi de gloire, aucune puissance du mal n’ose s’attaquer à notre univers, sauf permission du Seigneur qui éprouve parfois la fidélité des siens. Quand elles s’attaquent au domaine de ce Roi, elles sont vaincus car il veille jalousement sur son bien et met même à son service toutes ses armées. D’ailleurs, s’il voit son domaine en trop grand péril, il revient y manifester sa présence qui, seule, suffit à mettre en fuite les légions ennemies -quelque soit leur nombre ! Si nous mettons Jésus au coeur de notre vie, si nous le laissons régner en nous, nous vivons dans une grande paix intérieure - »je vous laisse la paix, c’est ma paix que je vous donne », dit Jésus.

Gloire et louange à notre Roi de gloire, gloire à Jésus notre Sauveur et notre souverain Roi !

Jésus, puissent ceux qui avaient envoyé une ambassade dire « nous ne voulons pas qu’il règne sur nous » -surtout parmi ton peuple élu- changer leur coeur et te choisir pour leur Roi. Seigneur, donne-leur d’accueillir ta Royauté avant ton retour afin qu’il n’y ait pas tant de lamentations.

Envoie des missionnaires de ton règne auprès des peuples qui n’ont pas encore connu la Nouvelle de son avènement : « les temps sont accomplis, le Royaume des Cieux est proche, convertissez-vous et croyez en l’Evangile ».

Jésus est doux et humble de coeur, il dirige toute chose avec droiture, son règne est un règne d’amour, de justice de paix.
Quel roi traite son peuple avec tant de douceur !? Quel roi donne sa vie pour sauver son peuple !?…
Seigneur, daigne manifester ta puissance, ta gloire et ta miséricorde aux hommes qui ne t’ont pas encore accepté comme leur Roi afin qu’ils puissent reconnaître et accepter ta Royauté. Donne-nous de comprendre qu’il n’y a pas de souverain comme toi, qui dirige leur Royaume avec droiture et douceur.

Seigneur, que ton règne vienne !

14 novembre, 2009

Les pensées du Saint Curé d’Ars

Classé dans : Méditations — senalaetitia @ 21:25

(à méditer en cette année sacredotale)

I- Si nous n’avions pas le sacrement de l’Ordre, nous n’aurions pas notre Seigneur
Qui est-ce qui l’a mis là, dans le tabernacle ? C’est le prêtre.
Qui est-ce qui a reçu notre âme à son entrée dans la vie ? le prêtre.
Qui la nourrit pour lui donner la force de faire son pélerinage ? le prêtre
Qui la préparera à paraître devant Dieu, en lavant cette âme pour la dernière fois dans le sang de Jésus-Christ ? le prêtre

II- Oh ! Que le prêtre est quelque chose de grand !

III- Le prêtre ne se comprend que dans le ciel.
Si on le comprenait sur terre, on mourrait, non de frayeur mais d’amour.

IV- Le prêtre n’est pas prêtre pour lui. Il est pour vous.
La belle mission du prêtre c’est d’être l’âme et le soutien de la religion.

V- Après Dieu, le prêtre c’est tout ! …
Laissez une paroisse vingt ans sans prêtre, hélas, que deviendrait-elle ?
Voyez les pays où il n’y a pas de prêtre, on y adore les bêtes, les plantes.

VI- Oh ! Qu’un prêtre fait bien de s’offrir à Dieu en sacrifice tous les matins.

VII- Si nous avions la foi, nous verrions Dieu caché dans le prêtre
comme une lumière derrière la vitre, comme le vin mélangé à l’eau.

123

ESPACE MOUFLIH |
ochou |
judaica/shabbat/Produits juif |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Groupe Ados de l'ADS d'Orbe
| a la reconquete
| Domine ut videam