18 août, 2010

Dieu premier servi, toujours !

Classé dans : Foi, témoignage, exhortations — senalaetitia @ 15:26

Souvent les anciens se désolent de voir leurs petits enfants sans éducation religieuse : « ils ne prient pas et ne connaissent rien de l’Evangile ! ».
Mais à quoi sert-il de se désoler ? Face à ce désastre ne vous découragez pas.
La première chose est de ne pas déserter le navire. Si les anciens veulent que leurs convictions passent aux petits-enfants, qu’ils commencent par les vivre, et les vivre à fond…
C’est ce que firent Mr et Mme D. qui m’en ont fait la confidence. Les parents de leurs deux premiers petits-enfants, Sylvie et Samuel, trop pris par leurs occupations, et aussi par coupable négligence, ne faisaient rien pour transmettre la foi chrétienne aux enfants. Mais nos amis D. ne sont pas gens à mettre en poche ce qui est vital. Dieu premier servi !
Depuis toujours ils avaient l’habitude de prier, et ce n’est pas la présence des petits-enfants pendant les vacances qui allait les faire changer…

Sylvie et Samuel, 6 et 5 ans, en vacances chez Papé et Mina, les virent donc, chaque soir avant les repas, se recueillir dans leur « coin prière ».
Ils y passaient un long moment, soit en silence, soit en disant le chapelet ou en lisant l’évangile du jour.
Comme on pouvait le prévoir, Sylvie s’enhardit un jour et demanda : « Que faites-vous ? ».
« Nous te le diront tout à l’heure. Pour l’heure, va jouer ! »
Les enfants attendirent, faisant semblant de jouer mais l’oeil aux aguets.
quand Mina proclama : « A table ! », Sylvie revient à la charge.
- Que faites-vous tous les soirs, à rester en silence ou à marmonner ?
+ Nous ne marmonnons pas, dit grand-père un peu vexé, nous prions !
- Ça veut dire quoi « prions » ?

Papé prit la parole.
+ Prier, c’est se mettre devant Dieu qui est invisible mais qui nous voit et qui nous écoute. Et c’est lui dire qu’il est notre Père, que nous attendons qu’il vienne, et que nous voulons faire sa volonté.
Car il nous aime et nous, nous l’aimons.
+ Et puis, dit la grand-mère, nous lui demandons de nous donner chaque jour le pain dont nous avons besoin pour vivre.

+ Nous lui demandons aussi pardon, ajouta Papé, et il nous donne son pardon.
+ Et nous lui demandons de nous préserver du malheur, continua Mina.
- Et il vous écoute, demanda Sylvie ?
+ Bien sûr !
- Comment le savez-vous ?
+ C’est lui-même qui nous l’a dit : « Tout ce que vous demanderez à mon Père, il vous le donnera ».
- Pourquoi il l’a dit à vous et pas à moi ?
+ Si, si… il te l’a dit à toi aussi, répondit Papé.
- Pourtant je ne l’ai jamais entendu !
+ Parce que tu n’as pas cherché au bon endroit.
- Ah… et où c’est ce bon endroit ?
Grand-père se leva et alla vers le « coin prière »…
Il revint avec un beau livre acheté en prévision de cette conversation, car il espérait bien que Sylvie l’interrogerait. C’était un évangile illustré pour enfants.
« Tout à l’heure, après le repas, nous vous ferons entendre quelques une de ces paroles que Dieu nous a adressées. »
Et c’est ce qu’ils firent. Non pas un soir, mais tous les soirs. A chaque jour, une page de l’Evangile : une parabole, un récit de miracle, un geste de Jésus.
Petit à petit, la personne de Jésus devint familière à Sylvie et au petit Samuel, que tout intéressait.
Ils en virent à aimer jésus comme l’ont toujours aimé ceux qui l’ont vraiment rencontré, soit ses disciples, soit ses fidèles au cours des siècles.

Tant et si bien que tous les soirs, Sylvie et Samuel se mêlaient à la prière des grands-parents. Ils n’avaient rien demandé, ils ne l’avaient jamais proposé, c’était si naturel…
Quand on a rencontré Jésus, quand on l’a entendu, comment ne pas l’aimer ? Comment ne pas vouloir lui parler ? Comment ne pas vouloir le suivre ?
Ainsi, sans discours inutiles, par leur seul exemple, par leur foi et leur prière, ces grands-parents ont transmis ce qu’ils avaient de meilleurs. Qu’en feront Sylvie et Samuel quand ils seront adolescents puis adultes ? Dieu le sait, car c’est l’affaire de Dieu.
Une chose est sûre, Papé et Mina n’ont jamais cessé de prier pour leurs petits-enfants.

Un article par Fr. Alain QUILICI O.P. parue dans le bulletin du Rosaire de Bordeaux des mois de juillet-août

Laisser un commentaire

ESPACE MOUFLIH |
ochou |
judaica/shabbat/Produits juif |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Groupe Ados de l'ADS d'Orbe
| a la reconquete
| Domine ut videam