• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 juillet 2010

24 juillet, 2010

De l’orgueil et de l’humilité -des écrits spirituels d’Elisabeth de la Trinité (conseils à une jeune amie d’enfance)

Classé dans : Méditations — senalaetitia @ 21:30

« Il me semble que l’âme la plus libre, c’est la plus oublieuse d’elle-même. Si l’on me demandait le secret du bonheur, je dirai que c’est de ne plus tenir compte de soi, de se nier tout le temps. Voilà une bonne façon de faire mourir l’orgueil. On le prend par la famine. Vois-tu l’orgeuil c’est l’amour de nous-mêmes. Eh bien ! il faut que l’amour de Dieu soit si fort qu’il éteigne tout amour en nous.
Saint Augustin dit que nous avons en nous deux cités : la cité de Dieu et la cité du moi. Dans la mesure où la première grandira, la deuxième sera détruite. Une âme qui vivrait dans la foi sous le regard de Dieu, qui aurait cet « oeil simple » [Mtt 6, 22] dont parle le Christ en l’Evangile, c’est-à-dire cette pureté d’intention qui ne vise qu’à Dieu, cette âme-là, il me semble, vivrait aussi dans l’humilité. Elle saurait reconnaître ses dons à son égard, car l’humilité c’est la vérité, mais elle ne s’approprie rien, elle rapporte tout à Dieu, comme faisait la Sainte Vierge.
Tous les mouvement d’orgeuil que tu sens en toi ne deviennent des fautes que lorsque la volonté s’en fait complice. Sans cela, tu peux beaucoup en souffrir mais tu n’offenses pas le bon Dieu. Ces fautes qui t’échappent, comme tu me le dis, sans même que tu y réfléchisses, dénotent sans doute un fond d’amour propre. Mais cela, ma pauvre chérie, fait en quelque sorte partie de nous. Ce que le bon Dieu te demande, c’est de ne jamais t’arrêter volontairement à une pensée d’orgueil quelconque et de ne jamais faire un acte inspiré par ce même orgueil, car ce ne serait pas bien. Et encore, si tu constates une de ces choses, il ne faut pas te décourager, car c’est encore l’orgueil qui s’invite, mais tu dois étaler ta misère comme Madeleine aux pieds du Maître et lui demander qu’Il te délivre. Il aime tant voir une âme reconnaître son impuissance ! Alors, comme disait une grande sainte [Angèle de Foligno] « l’abîme de l’immensité de Dieu se trouve en tête à tête avec l’abîme du néant de la créture, et Dieu étreint ce néant* ». »

*Sainte Faustine racontait aussi qu’un grand abîme sépare le Créateur et la créature et que c’est seule la miséricorde de Dieu qui fait que la créature accède au Créateur, peut s’en approcher… C’est Jésus qui lui expliquait cette chose là. Nous sommes « amis » de Dieu par sa seule miséricorde, c’est elle qui comble l’abîme qui nous sépare et permet la rencontre… jusqu’à l’union.
D’ailleurs, Jésus dit à ses disciples « je ne vous appellerai plus serviteurs mais amis » mais ils leur précise bien ceci « ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais c’est moi qui vous ai choisis et qui vous ai établis ».
Quand « le Verbe s’est fait chair » pour venir à la rencontre des hommes dans le monde, ce n’était pas parce que les hommes avaient du mérite, au contraire, c’était parce qu’ils courraient à leur perte à force de péché et Dieu, dans sa miséricorde, a envoyé son Fils dans le monde, « lumière pour éclairer les nations et conduire nos pas aux chemins de la paix ». C’est donc la seule miséricorde de Dieu qui a permit à ce moment-là la rencontre de l’homme avec Dieu et c’est encore le cas jusqu’à aujourd’hui, et c’était le cas dès le début. Je veux donner comme exemple de ce que ça a toujours été le cas, l’exemple de Moïse qui supplie le Seignuer parce qu’il veut voir sa face. Dieu lui permet alors de voir sa gloire mais pas sa face car, dit-il, « l’homme ne peut me voir et vivre » (Ex. 33, 20). Et ce jour là, il dit bien ceci à Moïse : « je fais grâce à qui je fais grâce, et miséricorde à qui je fais miséricorde ». C’est donc de sa seule libéralité qu’il accorde à qui il veut ce qu’il veut, sans qu’il n’y ait aucun mérite de la part des hommes.
Et quand Dieu nous comble par l’Incarnation de son Verbe, c’est uniquement à cause de notre misère d’une part et de sa miséricorde d’autre part. Le voilà le grand abîme qui nous sépare de Dieu ; la miséricorde seule comble ce vide infini qui existe entre le Créateur et sa créature…

Référence du livre d’où j’ai tiré l’extrait : Ecrits spirituels d’Elisabeth de la Trinité,
Lettres, retraites et inédits présentés par le R.P. Philipon O.P. aux éditions du  Seuil, à Paris.

De la paix intérieure

Classé dans : Méditations — senalaetitia @ 20:55

On dit que « nul ne peut troubler l’humble, qu’il possède la paix invincible car il s’est précipité dans un tel abîme que nul n’ira le chercher jusque là* ». On dit aussi que « l’humble trouve la plus grande saveur de sa vie dans le sentiment de son impuissance en face de Dieu. »

C’est ce que Sainte Elisabeth de la Ttrinité relate des dires d’un « peiux auteur ».

*A ce propos, voici ce que disait le bienheureux Charles de Foucauld de notre Seigneur : « Notre Seigneur a tellement pris la dernière place que personne n’a pu la lui ravir« 

A quoi servent les moines ?

Classé dans : Eglise,Religion — senalaetitia @ 20:37

Pourquoi des hommes s’enferment-ils une vie durant entre les murs d’un monastère pour chanter à partir de 5 heures du matin ?

« Nous devons manifester cette valeur éternelle qu’est la stabilité », explique paisiblement Dom Dupont, actuel père abbé. « On dit que les moines sont inutiles et ne servent à rien… poursuit l’abbé, pour saint Benoît, ils servent quelqu’un : le Seigneur. Nous voulons nous mettre au service de Dieu dans la louange. » Une vocation qui ne s’embarasse pas d’obligation de résultat. Que l’église soit pleine ou vide, le chant séculaire de louange se déploie dans un faste qui illumine l’élévation de pierre. La vie cloîtrée des bénédictins témoigne sans bruit qu’au coeur des activités souvent frénétiques de chaque jour, le seul soutien qui ne vacille jamais est Dieu.

Extrait d’un article sur Solesmes paru dans le Bulletin de Le jour du Seigneur n°159 de août/septembre 2010

L’amour du Christ nous presse – présentation des Pallottins

Classé dans : Eglise — senalaetitia @ 20:35

Bonjour,
voici une petite présentation des Pallottins, fondés par Saint Vincent Pallotti (1795-1850)

I- Fondateur de la Saciété de l’Apostolat Catholique (SAC) (Pallottins)

Né à Rome le 21 avril 1795, Vincent Pallotti est ordonné prêtre le 16 mai 1818. Il rêvait d’une Eglise sans spectateurs, d’un monde basé sur l’amour. Ce qu’il a réalisé pendant les 32 années d’activité pastorale est remarquable.
Il fut aumônier et enseignant, recteur d’une église et professeur au séminaire, confesseur et directeur spirituel, défenseur des travailleurs, engagé dans les oeuvres sociales, orateur et prédicateur, consultant des jeunes théologiens, protecteur compréhensif des soldats, des prisonniers et des malades, aussi bien ami des pauvres qu’invité des papes et des cardinaux, auteur de plusieurs livres et articles, infatigable promoteur des missions, organisateur des cours du soir pour les artisans, directeur de fraternités et dirigeant d’associations, initiateur d’une compagnie de crédit et catéchiste des rues, fondateur de communautés religieuses.
Intermédiaire entre les prêtres et les laïcs, il sut lire et interpréter les signes des temps, ce qui l’a inspiré à fonder l’Union de l’Apostolat Catholique dont la Société de l’Apostolat Catholique fait partie intégrale.
A son époque, Saint Vincent Pallotti avait compris que tous les fidèles sont appelés à suivre le Christ, Apôtre du Père éternel, et à participer à sa mission de l’apostolat universel. D’après lui, ceci est un appel que le Christ adresse à tout chrétien : devenir son apôtre et messager de la Bonne Nouvelle dans le monde entier.
Saint Vincent Pallotti mourut en 1850. Il fut béatifié en 1950 et canonisé en 1963 par le Pape Jean XXIII.

II- Spiritualité Pallottine

Le charisme des pallottins se résume à « raviver la foi, rallumer la charité », c’est-à-dire propager la foi et la charité dans tous les milieux de vie et de travail.
Les Pallottins ont pour devise cette phrase de Saint Paul qui a marqué la vie de leur saint Fondateur : « l’amour du Christ nous presse ! ». Car pour Saint Vincent Pallotti, tant que nous sommes sur terre, l’amour est l’unique champ d’action qui embrasse dès maintenant le ciel. $Ce qui caractérise l’activité des Pallottins est la collaboration étroite des prêtres, des religieux, des religieuses et des fidèles laïcs. Cette collaboration de tous et partout vise la gloire infinie de Dieu, le salut des âmes, la destruction du péché. La société développe aussi la dévotion mariale, l’engagement missionnaire…

III- Oeuvres – UAC

Pour faire prendre conscience à tous les chrétiens de leur vocation apostolique, en vue de promouvoir dans les différents parties du monde une participation active à la mission évangélisatrice de l’Eglise, Saint Vinvent Pallotti fonda l’Union de l’Apostolat Catholique (UAC) en 1835. Dès le début, l’UAC a été fondée sous le Patronnage de la Sainte Vierge Marie Reine des Apôtres. C’est une oeuvre qui unit l’engagement des prêtres, des frères et des soeurs, des fidèles laïcs ainsi que tous ceux qui vivent dans l’esprit de Saint Vincent Pallotti.
L’UAC n’est pas un mouvement, mais plutôt une façon de vivre en Eglise, où tousu travaillent à l’évangélisation, dans une pleine collaboration des personnes et des communautés.
Dans les paroisses ou dans les oeuvres prises en charge par les Pallottins, les membres s’efforcent de réaliser cet idéal qui constitue une espérance majeure pour l’Eglise de demain.

IV- Etapes de formation

Pastorale vocationnelle
La pastorale vocationnelle aide les jeunes à discerner leur vocation. Annuellement, il est prévu trois séries de sessions vocationnelles.

Période de discernement
Postulat -un an ; Noviciat -une année canonique ;
Etudes en Philosophie (pour les candidats à la prêtrise) -2 à 3 ans ; Etudes en théologie : 3 à 4 ans, et un an de stage pastoral.

Formation permanente
Il est prévu une formation adaptée et permanente pour les futurs frères, selon les besoin et le charisme de la Société.
Egalement, les prêtres suivent une formation permanente pour leur épanouissement intellectuel et selon les besoins de la Société. Les objectifs de la formation sont la formation à la spiritualité et à l’identité pallottine et la formation intégrale à la vie religieuse et sacerdotale, avec un accent particulier sur la croissance humaine, chrétienne et intellectuelle.

V- Invocation à Dieu en union avec Saint Vincent Pallotti

Saint Vincent Pallotti, prie avec nous le Seigneur
-afin que tous les chrétiens vivent pleinement dans le Christ et pour le Christ,
-afin que tous les baptisés reconnaissent leur vocation à l’apostolat et s’adonnent fermement à la réaliser,
-afin que tous les chrétiens, laïcs et prêtres, hommes et femmes soient ouverts à l’action créatrice de l’Eglise dans le monde,
-afin que tous ceux qui appartiennent à l’Eglise collaborent généreusement au renouveau de l’Eglise dans le monde,
-afin que femmes et hommes, prêtres et laïcs, comprennent leur vocation particulière et s’entraident pour y répondre,
-afin que tous, à l’exemple de Marie Reine des Apôtres, nous soyons toujours fidèles à notre devoir apostolique,
-afin que nous soyons attentifs à l’action de l’Esprit Saint et aux signes des temps
Prions :
Ô Saint Vincent Pallotti, toi qui nous a donné l’exemple d’une foi forte et d’un grand amour envers Dieu et envers les hommes, intercède pour nous auprès de Dieu, afin qu’en suivant ton exemple, nous soyons, nous aussi forts dans la foi et de vrais Apôtres de Jésus-Christ. Amen.

Plus d’infos sur le site Web de la Société de l’Apostolat Catholique : www.sac.info

ESPACE MOUFLIH |
ochou |
judaica/shabbat/Produits juif |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Groupe Ados de l'ADS d'Orbe
| a la reconquete
| Domine ut videam