4 juillet, 2010

« Catholique non pratiquant » : le paradoxe

Classé dans : Foi, témoignage, exhortations — senalaetitia @ 14:14

On ne peut pas être à la fois catholique et non pratiquant car un chrétien -à fortiori un catholique- est un disciple du Christ et donc, il l’appelle Maître. Ce qui fait qu’on est disciple de son Maître, c’est justement qu’on le suit, qu’on fait ce qu’il dit.
Voici ce que dit le Seigneur à ce sujet :

Ce n’est pas en me disant « Seigneur, Seigneur« , qu’on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux. beaucoup me diront en ce jour-là : « Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? En ton nom que nous avons chassé les démons ? En ton nom que nous avons fait bien des miracles ? » Alors je leur dirai en face : « Jamais je ne vous ai connu ; écartez-vous de moi vous qui commettez l’iniquité« . (Mtt 7, 21-23 _ voir aussi la suite jusqu’au v.27)

On lit aussi en Luc 6, 46-49 :

« Pourquoi m’appelez-vous « Seigneur, Seigneur«  et ne faites-vous pas ce que je dis ?
Quiconque vient à moi, écoute mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer à qui il est comparable. Il est comparable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, creusé profond et posé les fondation sur le roc. La crue est venue, le torrent s’est rué sur cette maison mais il n’a pu l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie. Mais celui au contraire qui a écouté et n’a pas mis en pratique est comparable à un homme qui aurait bâti sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s’est rué sur elle et aussitôt elle s’est écroulée ; et le désastre survenu à cette maison a été grand.
« 

Chez Matthieu, Jésus compare ce deuxième homme, qui écoute sans mettre en pratique, à un insensé !
Un chrétien pratique nécessairement. Si on est « non pratiquant » on n’est plus vraiment chrétien. Et si on continue de se dire chrétien, on est semblable aux apostats…
Les apostats passent bien pour chrétiens pour le moment mais au dernier Jour, tout sera dévoilé et alors « il y aura des pleurs et des grincements de dents ». On peut ne rien pratiquer et faire croire aux hommes qu’on agit au nom du Seigneur pendant toute la durée de sa vie mais au dernier jour, le Juge est omniscient et s’il vient à dire : « Jamais je ne vous ai connu ; écartez-vous de moi vous qui commettez l’iniquité« , alors c’est que c’est déjà trop tard pour renoncer à l’apostasie.

Pour être sauvé, il ne s’agit pas tant de se dire chrétien que de l’être en vérité ; et l’être en vérité implique la pratique religieuse enseignée par notre Seigneur. Cette pratique, il l’enseigne dans le Nouveau Testament, mais aussi dans l’Ancien puisqu’il a précisé qu’il n’est pas venu abolir la Loi mais l’accomplir ; il l’enseigne enfin par la voie de l’Eglise qu’il a établie en instituant les Apôtres pasteurs de son troupeau -qui se sont succédés jusqu’à ce jour où leur collège est constitué par les évêques réunis autour du Pape, successeur de Saint Pierre.

Mais en pratique, aller à la messe le dimanche si on ne pratique pas ce qu’on a reçu ne fait pas de nous des chrétiens. Nous avons à y aller pour écouter l’enseignement de l’Eglise, approfondir cet enseignement par la prière et la méditation personnelles et le mettre en pratique. L’important, me direz-vous, est de le mettre en pratique alors pourquoi la messe, la lecture et la prière personnelles… et bien parce que pour mettre en pratique un enseignement, il faut d’abord le recevoir !

Allons « France, qu’as-tu fait de ton baptême? », demande Jean-Paul II…

Laisser un commentaire

ESPACE MOUFLIH |
ochou |
judaica/shabbat/Produits juif |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Groupe Ados de l'ADS d'Orbe
| a la reconquete
| Domine ut videam